La sécurité à Boissy

 

Dans le cadre de la campagne municipale en cours, certain(e)s candidat(e)s surfent sur les peurs et voudraient faire croire aux Boisséen(ne)s que leur ville est une ville dangereuse où l’insécurité serait à des niveaux alarmants. La vérité est bien différente.


En effet, il convient de ne pas appréhender cette question au travers de faits divers ou d’évènements relayés par les médias, certes traumatisants, mais en aucun cas révélateurs d’une situation générale.
Les chiffres le prouvent (vous pouvez le vérifier) la délinquance a globalement diminué à Boissy depuis 6 ans ! 
Les chiffres des cambriolages et agressions ont diminué, les violences aux personnes sont par contre en légère augmentation, en parallèle les incivilités sont une réalité que nulle ne peut nier.
Face à ces réalités, certains font preuve de démagogie et n’hésitent pas à donner des informations fausses ou délibérément exagérées. Une telle approche n’a comme conséquence que de tromper les Boisséens et jeter sur notre ville une image négative infondée.

Avec Régis Charbonnier nous choisissons une approche pragmatique et humaine, respectueuse des personnes et adaptée aux réalités spécifiques de notre ville :


  1. Une police municipale n’a pas vocation ni mission à lutter contre la criminalité, c’est le rôle de la police nationale ! Prétendre le contraire c’est mentir aux Boisséens et parallèlement accréditer et cautionner la politique de désengagement de l’État dans ces missions régaliennes essentielles de sécurité.
  2.     La vidéo protection a été mise en place puis renforcée par Régis Charbonnier (24 caméras) un plan de renforcement du dispositif est engagé. Une étude globale a été réalisée et des demandes de subventions auprès de l’Etat et de la Région sont en cours d’instruction pour installer plus de 50 nouvelles caméras dans le quartier de la Haie Griselle et aux endroits stratégiques.
  3.     La médiation et une présence humaine de prévention comme Régis Charbonnier l’a mise en place suite à un diagnostic de sécurité approfondi sont une des solutions à certaines difficultés. Les premiers résultats enregistrés sont positifs et incitent à poursuivre dans cette voie et à renforcer les collaborations avec nos associations de terrain (mamans de la Haie Griselle, associations sportives et culturelles, de lutte contre les addictions ou d’aide aux victimes…).
  4.   « On ne fait jamais rien de bon avec des armes ». Certain(e)s veulent armer les policiers municipaux ! Mais les actuels policiers municipaux boisséens ne souhaitent pas être armés !! Les risques d’accidents et de tensions qui pourraient en découler sont importants. Des effets collatéraux comme cela a pu être constaté dans certaines villes (explosions des dégradations, prise à partie du personnel municipal et des élus, défiance renforcée entre les acteurs) pourraient être dangereux et les dommages et dégradations provoqués coûter très cher aux finances de notre ville donc aux contribuables Boisséens.
  5.    Les coûts engendrés ne seront pas négligeables. Certes des subventions existent, elles sont possibles en théorie ; encore faut-il être capable de les obtenir. Nombreuses sont les villes d’Ile de France où des situations bien plus graves qu’à Boissy existent. Ce sont ces villes qui seront prioritaires. Les dépenses de fonctionnement seront donc payées, (si ce n’est toutes, au moins une grande partie d’entre elles) par les contribuables Boisséens. Sauf à diminuer des actions ou augmenter des tarifs ! Sur le sujet du financement - comme cela a pu être vérifié lors de questions posées aux réunions publiques de certain(e)s candidat(e)s), les réponses ne sont pas faites…ou pas claires… c’est très inquiétant ! Dès que l’Etat a redonné la possibilité aux communes de disposer d’un CLSPD (Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance), la Ville de Boissy a immédiatement réalisé un Diagnostic Local de Sécurité et réuni le CLSPD pour lui en rendre compte et valider un plan d’actions actuellement mises en œuvre.  
  6.    Une connaissance fine de toutes ces problématiques est une des clés d’une politique de sécurité efficace et pérenne dans ses résultats. Certain(e)s candidat(e)s semblent méconnaitre les réalités du terrain et les conditions de travail de nos policiers municipaux. De fait ils vous promettent des choses qui sont déjà des réalités ! Ainsi, notre Police Municipale est déjà équipée de moyens de communications digitalisées sécurisées pour ses échanges avec la Police Nationale.

La sécurité des Boisséennes et des Boisséens mérite mieux que des exploitations politiciennes souvent mensongères ou exagérées.


Régis Charbonnier et son équipe ont fait le choix d’une approche réaliste et conforme aux idéaux et aux lois de la République dans le respect des personnes et des libertés publiques. Nous connaissons l’ampleur de la tâche et sommes parfaitement conscients des attentes des Boisséens. Nous voulons y répondre comme nous l’avons toujours fait, sans démagogie et sans idéologie, avec pragmatisme et humanité.