Non, il n'y a pas de bétonnage à Boissy


Notre ville se modernise et répond aux besoins de ses habitants !

Madame Thibault prétend qu’il n’y aurait pas de plan ni d’obligation supra communale en matière de construction de logements puis se contredit elle-même en citant celles du SDRIF (Schéma Directeur de la Région IDF) qui prévoit une augmentation de notre population de 15%...


Concernant les logements sociaux, oui, nous honorons les obligations de la loi SRU et même les dépassons, nous en sommes fiers et revendiquons, le droit au logement pour tous qui est une valeur de la République. Il y a plus de 770 000 demandeurs de logements en IDF et 800 familles Boisséennes qui attendent un logement social adapté à leur famille mais Mme Thibault ne semble pas s’en préoccuper !

S’agissant des obligations régionales prescrivant une augmentation de 15% de la population des villes disposant d’une gare, les élus de droite, amis de Mme Thibault à la Région Ile de France disposant d’une majorité depuis 2015, auraient eu tous loisirs de revenir dessus. Ils ne l’ont pas fait parce que l’Etat s’y serait opposé.

Avec les programmes en cours le compte n’y est pas. Il ne le sera qu’en 2026 lorsque la totalité des logements en accession à la propriété de « La Charmeraie » seront livrés. Dans l’intervalle, 2 crèches, un gymnase et des écoles seront agrandis et livrés pour répondre à l’évolution et aux besoins de la population.


Non, il n’y a pas de bétonnage à Boissy !


Il suffit de rappeler que notre ville compte 70% d’espaces verts protégés par Régis CHARBONNIER et les élus qui l’ont précédé. Le PLU, voté démocratiquement par le Conseil Municipal, garantit cette protection des espaces boisés et pavillonnaires (Bois Clary, Progrès, Savereau) et il permet une densification modéré du centre-ville au plus près des transports pour limiter la circulation et la pollution automobile. C’est bon pour l’environnement et la qualité de l’air !


Non, l’identité de Boissy de ville à la campagne n’est pas remise en cause !


Les nombreux nouveaux Boisséens qui ont fait le choix de venir, récemment, installer leur famille à Boissy, pour la présence du RER et pour la qualité de vie, doivent apprécier le mépris dont ils font l’objet et les procès d’intention auxquels se livrent certain.e.s.

Au contraire, ils ont, sans doute, sûrement apprécié que la ville de leur choix ait été désignée « 6eme ville  de plus de 10 000 habitants la plus agréable à vivre dans le Val de Marne ».


1/ Revoir le PLU, procédure longue (plus de 2 ans) complexe et onéreuse qui entraineraient des dépenses pour ce qui est déjà fait, quelle gabegie, que paieront les Boisséens avec leurs impôts. Notre PLU doit être conforme aux obligations préfectorales et au SDRIF et personne ne pourra s’opposer aux règles supra communales. Ceux qui prétendent vouloir le faire mentent aux Boisséens et décrédibilisent l’action politique. 


2/ Les pavillons remarquables sont déjà protégés par notre PLU. Nous les avons recensés et protégés. Mme Thibault a, sur sa propre liste, des élu.e.s d’anciennes majorités ayant voté la destruction de l’Orangerie (bâtiment de caractère défendu à l’époque par Régis Charbonnier sur ses fonds propres). Mais les Boisséens ont de la mémoire, n’en déplaise à certaines et certains !


3/ Encourager l’accession à la propriété pour les jeunes et la famille : c’est ce que nous avons fait (à la résidence Pierre et Lumières et rue de Valenton) et nous continuerons de le faire !


4/ Réhabiliter les immeubles… encore une promesse qui est déjà une réalité de la municipalité. De nombreux bailleurs, RATP et Paris Habitat ; CPH ; Antin Résidences, I3F, ont déjà réhabilité leur patrimoine dans le cadre de conventions signées avec la commune. Comme d’autres, beaucoup de candidats à l’élection municipale semblent vraiment méconnaitre les réalités de Boissy et leur communication est truffée d’erreurs ; volontaires ou pas ?


5/ L’espace public n’a jamais été privatisé à Boissy ! Les travaux nécessitent, c’est vrai des emprises temporaires sur le domaine public. Pour cela les titulaires des permis de construire payent des redevances importantes à la ville. Les taux sont votés en Conseil Municipal et l’occupation du domaine public fait l’objet d’arrêtés (documents publics).


Certain.e.s n’auraient-ils, comme seul projet, que la désinformation ?


6/ Les équipements publics : notre bilan le prouve, ont toujours été une des priorités de l’action municipale. Ecole Savereau et Amédée Dunois, restaurants scolaires, centres de loisirs, salles associatives, Maison de l’Enfance et de la Famille, Pole Gare et son Parc de stationnement, équipements sportifs de proximité, aménagements urbains de sécurisation…


Une action politique digne des Boisséennes et des Boisséens, digne d’un avenir respectueux de tous, mérite mieux que les contre-vérités et l’instrumentalisation politicienne qui en découle.

Etre Maire est une mission qui exige de l’exemplarité, du respect des citoyens et l’application des lois, règles et obligations en vigueur, et plus encore, une connaissance parfaite des réalités de la ville que l’on prétend vouloir gérer.

Régis CHARBONNIER et son équipe en ont fait la démonstration !

D’autres en sont loin, vraiment très loin !!